La restauration des peintures du chœur

Des peintures médiévales
dans le chœur de l’église de Venon

Une découverte aussi extraordinaire qu’inattendue !

3 chantiers de restauration :

2014 : première tranche de travaux

l’atelier de restauration Jouve-Malfatto a entrepris une nouvelle tranche de travaux.
Les restauratrices ont découvert que le fragment de décor ancien précédemment découvert était bien plus étendu qu’on ne le croyait : en fait, un décor de draperie existe bel et bien sur tous les soubassements des murs Nord et Sud du chœur.

Décor de draperie sur le soubassement du mur Sud


Sur le mur Nord, en partie haute, des peintures datant de la même époque : 6 personnages, pieds nus, avec des manteaux rouges et ocres, des visages auréolés surmontés de phylactères, dans les mains une épée, des livres… Ils mesurent environ 145 cm de haut.



Un autre décor pictural apparait de façon très fragmentaire par dessus ce décor.
On le retrouve très bien conservé dans l’embrasure de la fenêtre (un motif floral très délicat dans les mêmes tons de rouge et d’ocre) et au dessus de la fenêtre (seconde tête d’ange). Un autre fragment de ce décor a été trouvé dans le bas de la robe d’un personnage; il représente une petite tête.






Le mur Est, derrière l’autel, n’est pas encore dégagé mais des sondages révèlent qu’il est peint jusqu’au sol (jadis, l’autel était central dans le chœur).
A partir de fragments on imagine d’autres personnages ; au dessus de ce qui fut une ouverture, deux têtes d’anges ailés, des étoiles rouges à huit branches, au centre peut-être la représentation d’un livre… 
Par ailleurs, à gauche de l’autel, l’atelier Jouve-Malfatto a mis à jour une ancienne porte, linteau et jambage, sur lequel le niveau de décor retourne dans l’embrasure. Si on se réfère au compte-rendu de la visite pastorale de l’Evêque Etienne le Camus de 1672-73 (voir chapitre «histoire» de l’église), ce devrait être la porte qui, au Moyen-Age, donnait sur la cour de la résidence des Evêques.


Début d’explication des peintures : à ce stade des découvertes, les six personnages du mur Nord, nimbés et pieds nus, pourraient être une représentation des apôtres.
Pour le deuxième décor floral, les restauratrices supposent que les peintures ayant été altérées par des infiltrations d’eau, surtout en haut du mur, des ragréages ont été effectués et un nouveau décor a été peint directement sur l’ancien.

Des sondages sur la voûte montrent qu’un décor existe aussi sous le décor
XVIIIème.


Datation des peintures : Madame Clavier et Monsieur de Montjoie sont venus le 16 mai pour dater ces décors. Leurs déductions permet d’avancer une datation du XIIIème siècle pour le décor le plus ancien (personnages…).

Madame Clavier a retrouvé un motif floral très ressemblant à celui du deuxième décor dans l’église de Montstéroux-Milieu (38) dont la datation proposé est première ou seconde décennie du XIV ème siècle (« Peintures murales médiévales en Rhône-Alpes », N° spécial 7 de la revue Art et archéologie en Rhône-Alpes. Cahiers René de Lucinge, Lyon, 1998, p. 71-73.).
Selon elle, si à Venon il s’agit bien du second décor, cela renforce sa proposition sur le XIIIème pour le décor initial des personnages.

L’analyse des briques formant l’arc extérieur du vitrail de Sainte Brigitte pourra peut-être lui aussi nous donner des indications de dates.


2015 : deuxième tranche de travaux

Une nouvelle tranche de travaux de restauration a commencé le 12 janvier dans le chœur de l’église. Elle a été confiée au même atelier de restauration qui a travaillé en 2014 et découvert les peintures médiévales.

Madame Sylvie Vincent, Conservatrice du Conseil Général qui a suivi le projet de restauration du chœur depuis 2009, s’est chargée du cahier des charges de cette nouvelle phase élaboré après une réunion de concertation qui s’est tenue le 22 octobre 2014 à l’église à laquelle était présentes Mme le maire, Michelle Vincent, Marylène Marchand, Dominique Rigaux, Madeleine Malfatto, Annick Clavier, Sylvie Vincent, il a été convenu les interventions suivantes :

Peintures murales

- Dégagement, consolidations et réagréages des enduits sur les murs Est et Sud en conservant les deux premiers décors. Le masticage des petites lacunes (dans les décors) fera partie d’une seconde phase de travaux, après avoir choisi un niveau de décor visible.
- Dégagement de l’intrados de l’arc et de son retour côté chœur, en conservant les deux premiers décors.
- Dégagement des badigeons sur les 4 culots en conservant les deux premiers décors.
- Dégagement du rebouchage de la fenêtre située à l’Est,  au-dessus du maître-autel, avec bouchage à l’arrière et création de deux filets sur les côtés afin de ménager une circulation d’air. Cette intervention relève des compétences d’une entreprise de maçonnerie.
- Sondages supplémentaires en voûte.

Maître-autel et boiseries

- Déplacement du maître-autel et de sa plate-forme de 1 mètre vers l’avant

- Dépose des boiseries du mur Est, jusqu’au niveau de la porte située à droite du maître-autel lorsqu’on fait  face.

Electricité

Mur Sud et angle Nord-Est : il faut remplacer les gaines actuelles, très épaisses, par des gaines plus fines pour faciliter le travail de reprises d’enduits.

L’association Venon, Paysage et Patrimoine se charge de ce travail.

Notre association, au côté de la municipalité, a suivi comme par le passé, l’évolution des travaux en relation étroite avec les chercheurs auxquels elle a remis tout le travail de recherche qu’elle a effectué sur l’histoire de l’église de Venon.

Nous avons attiré l’attention de la municipalité sur les nouveaux risques de dégradation du mur de l’église côté Nord dus à l’écoulement non canalisé de l’eau des toitures.

Le journal des travaux :

12 janvier 2015  
_____________________________                                   

Une première réunion de chantier s’est tenue réunissant la municipalité, l’association VPP, l’ébéniste, ainsi que Dominique Rigaux, professeur et historienne de l’art à l’université de Grenoble et Jacopo d'Andreamatteo, étudiant.


Les boiseries des soubassements des murs ont été déposés et le maître-autel décollé du mur et avancé dans le chœur par Frédéric Théry, ébéniste.


L’église toute entière a été protégée autant que faire se peut de la poussière.


Venon Paysage et Patrimoine s’est occupé du démontage de l’installation électrique.

Les travaux de dégagement ont commencé par le mur Sud. Pour l’instant une seule restauratrice de l’atelier de restauration est sur le chantier mais les deux autres devraient la rejoindre rapidement. Ce n’est qu’un début mais on voit déjà apparaître des peintures (des mains)…




24 janvier 2015  
_____________________________    

                               
Le dégagement du mur Sud avance centimètre après centimètre.
Les figures paraissent pour l’instant bien abstraites et il faut un œil bien exercé pour distinguer déjà 3 personnages à gauche du vitrail (comme sur le mur qui lui fait face). Une auréole commence à surgir, des mains, un livre…





Plusieurs difficultés sont rencontrées pour le dégagement : 

- La deuxième couche picturale est bien plus présente que sur le mur Nord; elle est pour l’instant conservée et vient perturber la lecture de la première couche en arrière-plan. Des choix s’imposeront certainement par la suite.

- Un piquage très important a été réalisé sur l’ensemble du mur pour permettre un bon accrochage de l’enduit de surface et a détérioré les peintures.

2 février 2015  
_____________________________                                   
                  


Le dégagement se poursuit, un travail minutieux et long.

Malgré une lecture encore difficile, on peut maintenant découvrir sur le mur Sud comme sur le mur Nord, 3 personnages de part et d’autre du vitrail. 6 d’un côté, 6 de l’autre : certainement les douze apôtres.

Dans le bas de ce mur Sud, il s’avère qu’il existe deux anciennes niches rebouchées par des briques. Comme on en trouve dans de nombreuses églises médiévales, ce sont certainement d’anciens lavabos servant aux ablutions du prêtre. Elles ont dû par le passé recevoir des bougies ou des lampes à huile qui ont noirci leur pourtour.



Sur le mur Est, mur du fond du chœur, les restauratrices commencent à mettre à jour une crucifixion. A sa droite un personnage féminin auréolé, la tête penchée. Peut-être Marie Madeleine. A sa gauche, des traces d’un autre personnage peut-être agenouillé.


Sur ce même mur, au dessus et de part et d’autre de l’ouverture bouchée, on devine deux anges. Tous deux tiennent un disque central.


13 février 2015  
_____________________________                                   



Le dégagement de l’embrasure de l’ouverture obturée du mur du fond du chœur a été réalisé par l’entreprise Hannequin sous le contrôle des restauratrices. Cette opération a été faite avec précaution car des fissures au-dessus et au-dessous de l’ouverture étaient inquiétantes. Le fond a été rebouché et le bas de l’ouverture reconstitué.


Les restauratrices ont commencé de mettre à jour, sur les embrasures,
des motifs floraux










Les deux niches-lavabosont maintenant complètement dégagées.
La décision de les ouvrir reviendra aux Conservatrices du Patrimoine qui suivent cette restauration.








Par ailleurs, il semblerait que le linteau en bois qui a été précédemment découvert à gauche de l’autel soit le linteau d’une niche et non d’une porte.

De même, les moulures de la petite porte ouvragée à droite de l’autel ne sont pas en boiserie ni en stuc comme nous le croyions, mais sculptées dans la pierre qui forme l’ouverture (de la molasse bleue, aux dires du maçon). Ce qui nous amène à nous poser des questions sur l’utilité de cette ouverture sculptée.


27 février 2015  
_____________________________                                   

Une réunion de travaux s'est tenue lundi 23 février 2015 à laquelle étaient présents Mesdames Annick Clavier et Sylvie Vincent, Conservatrices du service du patrimoine culturel du Conseil Général, Michelle Vincent, représentant la municipalité et l'association Venon, Paysage et Patrimoine.

Les Restauratrices ont fait le point sur l'avancement des travaux, elles ont présenté les deux différents décors sur le mur du fond, sur le mur de droite et sur l'arc triomphant.
Sur la voûte, des éléments intéressants semblent exister dans le voûtain Sud, entre autres 2 phylactères. Par contre, il semble que le décor soit très parcellaire sur les autres voûtains.

Lors de cette réunion, il a été décidé pour les points les plus importants :
- De privilégier la lisibilité et la cohérence d'ensemble dans la gestion des deux décors. Pour l'étude et la reconstitution des décors superposés, les restauratrices vont isoler les deux décors à l’aide de photographies traitées sur ordinateur pour qu’une décision puisse être prise ultérieurement.
- Après accord de la paroisse, il est proposé de ne pas réinstaller les boiseries du chœur pour des raisons de cohérence avec la restauration des peintures et des raisons esthétiques. Ainsi les draperies apparaîtraient dans leur totalité et les deux niches pourraient être dégagées. Les gaines électriques seraient alors encastrées dans le mur par un maçon lors du réagréage des murs en partie basse.
- D'agrandir un peu la fenêtre de sondage du voutain Sud afin de pouvoir prendre plus tard une décision pour la suite à donner.
- De faire venir au plus vite Jacopo d'Andreamatteo pour une lecture et une analyse des décors.

Le Père Marc Cholin, ainsi qu’Annie Frène, correspondante de la paroisse contactés, ont donné leur accord pour ne pas réinstaller les boiseries murales.

Dominique Rigaux et Jacopo d'Andreamatteo doivent venir lundi 2 mars afin de commencer la lecture et l'analyse des décors et nous faire part de ce qui a été découvert dernièrement aux archives.

15 mars 2015  
_____________________________                                   

Une réunion s'est tenue en début de mois avec Dominique Rigaux et Jacopo d'Andreamatteo de l’université, Michelle Vincent, représentant la municipalité et l'association Venon, Paysage et Patrimoine.
Les restauratrices ont présenté et donné aux Historiens pour l’étude iconographique des photographies sur lesquels elles ont isolé les deux couches de décors. Pour l’instant, les hypothèses de datation pour ces deux couches sont XIVème (décor 1) et XVème siècle (décor 2).

Sur le mur central (Est) 

- Décor 1 : le petit personnage éploré et nimbé de rouge, assez bien conservé, qui se trouve à la droite de la crucifixion serait Saint Jean et ou Marie-Madeleine.


De l’autre côté de l’autel, le personnage de grande dimension (mais peu lisible) serait Saint Christophe qui porte le Christ auréolé dont on distingue la tête. Saint Christophe est le Saint patron de l’église.  

- Décor 2 au-dessus de l’ouverture : deux anges tiennent un disque dont le contenu, peu lisible, serait peut-être l’Agneau Pascal avec l’étendard de la résurrection.  

La niche avec linteau de bois à gauche de l’autel ne serait pas les vestiges d’une porte mais l’ancien emplacement du tabernacle.

Sur le mur de droite (Sud)

- Décor 1 : Il semble maintenant sûr que les personnages du décor 1 sont les apôtres.
- Décor 2 : Le deuxième décor est très riche sur ce mur et d’une grande valeur : on distingue deux personnages nimbés, avec leurs mains, un livre…


La simulation de restauration faite sur ordinateur facilite la lecture des peintures mises à jour.


Les deux niches-lavabo ont été dégagées. Elles sont typiques de l’époque médiévale. Celle de gauche comporte une petite vasque qui devait servir pour les ablutions du prêtre. Celle droite devait servir pour le calice. Il est très rare d’en trouver 2 côte à côte.


Voûtain Sud - décor 2 -  Simulation de restauration faite sur ordinateur.

Un ange tient un phylactère, et un deuxième personnage ou animal ailé, la tête ceinte d’un bandeau.

La dernière phase des travaux de restauration des peintures du mur Est, du mur Sud, d’un voûtain et de l’arc triomphal devait commencer fin août selon le cahier des charges réalisé après concertation par le service du Patrimoine du Conseil Général.

Malheureusement, des problèmes rencontrés par la municipalité ont retardé les travaux qui ne pourront finalement commencer qu’au printemps 2016.

2016 : troisième tranche de travaux



7 et 8 mars 2016  
_____________________________                                   
       

La mairie ayant lancé la réfection du crépi extérieur de la nef (celui du chœur se fera ultérieurement), Madame Annick Clavier, Conservatrice du service du Patrimoine, a profité des échafaudages pour réaliser des observations archéologiques sur le bâti de l’église débarrassé de son ancien crépi.

Venon Paysage et Patrimoine lui a fourni le fruit de ses recherches aux archives sur les différentes étapes de la construction de l’église pour les confronter à ses observations.
Un rapport a été établi.

14 mars 2016  
_____________________________                                   
                                               
Reprise des travaux de restauration des peintures du chœur par l’atelier Jouve-Malfatto.



31 mars 2016  
_____________________________                                   

Première réunion de chantier avec Annick Clavier.

Voûtains

Les restauratrices ont commencé ce dernier chantier par l’agrandissement, la consolidation et la restauration des fragments de peintures du voûtain Sud. Dans ce voûtain sont représentés deux anges tenant des phylactères. Des fragments très lacunaires confirment la présence d’anges sur les trois autres voûtains.
Dans le voûtain Est, découverte d’une aile d’ange très importante et des fragments de peintures non encore identifiés.

Porte à droite de l’autel
Les moulures de la petite porte ouvragée à droite de l’autel sont sculptées dans la pierre qui forme l’ouverture. Elles ont dû être peintes à posteriori en marron et or. Placard mural ou ancienne ouverture ? Nous n’avons pas encore de réponse à la question.

Les restauratrices ont commencé à enlever la couche marron rouge sur le bois.

Arc triomphal

Les restauratrices ont fini de dégager le décor de feuillages qui reste à restaurer.

Draperies (XIVème)

Des traces de peintures retrouvées prouvent que le dessin des draperies allait jusqu’au sol.

Le bas du mur Nord est très humide. Il faudrait vérifier le raccord entre le mur de l’église et le garage situé à l’arrière du mur. Demande a été faite à la mairie.

Mur Sud

Décor XIVème : 6 personnages de part et d’autre du vitrail. Très certainement 6 apôtres
(12 au total sur les deux murs qui se font face).

Décor XVème : recouvre en partie les apôtres de la première couche. En partie haute, il est assez bien conservé et ne pose pas de problème de lisibilité.

Les restauratrices ont découvert une curieuse organisation des peintures du décor XVème : à partir du haut du mur, les peintures sont séparées en trois registres par des bandeaux jaune et rouge.

Mur Nord


Nous recherchions depuis longtemps les traces de la porte citée dans le compte-rendu de la visite pastorale du 25 octobre 1672 – (ADI 4 G 272-1 Pages 550-560) :

“L'église paraît fort ancienne et tient d'un côté aux mazures du vieux château. Il y a une petite porte dans la cour dudit châtea u où il y a 5 ou 6 toises de terre qui font partie du cimetière, le reste du cimetière est de l'autre côté de l'église…”

Les restauratrices ont découvert que cette porte se situait à l’emplacement de l’actuelle porte de la sacristie. Les draperies peintes sur le chœur se prolongent
sur le coté du mur encadrant la porte.

14 avril 2016  
_____________________________                                   


Réunion avec Madame Rigaux, Historienne Professeur spécialisée dans l’histoire du Moyen-Age.

Madame Rigaux estime le décor du chœur de l’église très élaboré et très intéressant.

Elle n’en connaît pas de semblable dans notre région. Les 2 couches superposées compliquent la compréhension mais elle effectue des recherches pour en avoir une bonne interprétation.

25 avril 2016
_____________________________                                   

Nouvelle visite de Madame Rigaux. Au vu de l’avancement de la restauration, les hypothèses d’explication des peintures commencent à se préciser. Des orientations de restauration ont été données aux restauratrices et des pistes de recherche historiques à notre association.

Les restauratrices ont trouvé dans le voûtain Est une énorme fissure qui, d’après elles, peut mettre en péril la stabilité de la voûte et pose, de par sa largeur, un problème pour sa consolidation


La municipalité et le service du patrimoine sont alertés.

Le service du patrimoine demande alors à la municipalité de faire réaliser un diagnostic structurel du chœur de l’église dans les meilleurs délais.
De son côté, notre association complète le dossier qu’elle a réalisé sur les désordres de structure et les fissures de l’église en appui de à cette nouvelle demande d’étude de structure.

Nous ne serons rassurés que lorsqu’une étude de structure faite par un professionnel du bâti ancien dira :
1°) que les nombreuses fissures et désordres présents dans l’ensemble du chœur ne compromettent pas sa solidité,
2°) qu’une démolition du bâtiment contigu ne déstabilisera pas les murs et la voûte du chœur et au pire ne provoquera pas leur écroulement.

6 juin 2016
_____________________________                                   

Monsieur Mathias Fantin du cabinet BESTREMA est venu, à la demande de la municipalité, faire un diagnostic technique de la voûte du chœur.

Une réunion s’est tenue à 14 heures en présence de Françoise Gerbier, des restauratrices, des conservatrices et de l’association. Notre association a fait part de son inquiétude par rapport au projet de démolition du bâtiment contigu.

Nous attendons maintenant le rapport que Monsieur Fantin doit réaliser après avoir analysé toutes les mesures et informations recueillies.

9 juin 2016
_____________________________                                   


Les restauratrices ont terminé leur chantier. Le résultat de leur travail est étonnant, magnifique, au delà de tout ce que nous osions espérer.



L’ensemble du chœur restauré


Cliquez ici pour voir dans le détail les photos du chœur restauré

Haut de page

 

Lors de la dernière tranche de travaux dans le chœur de l’église un beau décor floral datant du 18ème ou 19ème siècle a été révélé sur la voûte et un élément de décor plus ancien encore sur le mur Sud semblant représenter une draperie.

Une nouvelle tranche de travaux a été entreprise en avril 2014.
Pour cette phase, Venon, Paysage et Patrimoine s’est occupée de contacter des restauratrices afin qu’elles établissent des devis. Le choix de la restauratrice a été fait avec la municipalité et avec l’aide du service du patrimoine du Conseil Général suivant le cahier des charges établi.

L’atelier Jouve-Malfatto a été choisi avec pour mission la restauration de la peinture de la voûte et la conservation de l’élément de décor plus ancien avec la création d’une «fenêtre» sur le mur Sud.

Le budget de cette tranche de travaux a été voté par la municipalité en février 2014.
Après obtention de la subvention du Conseil Général (obtenue grâce au label Patrimoine en Isère), le solde sera pris en charge à moitié par la municipalité et à moitié par Venon, Paysage et Patrimoine.

Une nouvelle fissure découverte dans la voute !

 

L’étude de structure enfin réalisée